« Les Possédés » de la tech, c’est bien nous

Les Possédés - Arkhé Editions Livre Tech TrashAlors comme ça, vous dégainez naïvement votre smartphone sans savoir ce que recouvrent les termes blitzscaling*, tech-brandosaure* ou les proverbes « Winner takes all* » et « Fake it until you make it*» ? Franchement, il est temps que vous souleviez le capot de la techno au pays des merveilles, en compagnie de deux fondateurs du collectif Tech Trash. Comme leur petit nom l’indique, ils ne se lassent pas de tacler les startuppers et les apprenties licornes… avec un humour caustique qui fait déjà le succès de leur e-newsletter. Dans leur livre Les Possédés publié chez Arkhé Editions, on quitte l’actu pour les retrouver en mode « analyse du problème de fond »… Que les techno-béats préparent leurs mouchoirs !

On arrête de se voiler la face

Comme de vrais gamins avec nos super jouets, nous avons eu notre période d’émerveillement béat devant les prodiges de la Silicon Valley. Mais le vent tournerait-il ? Après la lune de miel, voici que de plus en plus de voix se font entendre pour dénoncer le pompage sans vergogne de nos données personnelles, l’optimisation fiscale à gogo qui fait tache en ces temps de disette, la propagation accélérée des fausses nouvelles sur les réseaux sociaux… jusqu’à la manipulation insidieuse des électeurs à grande échelle. Un retour de bâton appelé aussi « tech-lash »… mais qui peine à réduire significativement le nombre d’utilisateurs de ces démons du XXIe siècle ! Ahhh… schizophrènes que nous sommes. Pendant ce temps, bien sûr certains continuent d’apparenter Steve Jobs à un messie et d’autres d’ignorer gentiment le modèle économique des services numériques qu’ils utilisent à longueur de journée. Erreur contemporaine notoire qui signe juste l’effacement du citoyen concerné devant le consommateur individualiste, hypnotisé par l’avantage instantané, avide de simplicité… et légèrement possédé par l’afflux de dopamine dès qu’il voit un nouveau like sous sa dernière photo de chaton.

Sous-titré « Comment la nouvelle oligarchie de la tech a pris le contrôle de nos vies », le livre des deux membres de Tech Trash, Lauren Boudard et Dan Geiselhart, explore donc les nombreuses dimensions de cette toile d’araignée douillette tissée par les maîtres du Net qu’on ne présente plus : Google, Amazon, Facebook, Apple, Uber, Deliveroo, Microsoft, Airbnb etc., etc.

Le confort empêcherait-il de penser ?

Dans Les Possédés, vous apprendrez plein de choses passionnantes pour surfer en ouvrant les yeux. Vous remonterez aux sources de l’idéologie de la Silicon Valley qui se nourrit aussi bien des rêves libertaires hippies que de l’idéologie libertarienne ultralibérale qu’on peut résumer par « Le moins d’état possible et zéro régulation : les égoïsmes exacerbés et le marché roi font tout ça très bien ». Vous comprendrez en quoi nous sommes esclaves de la tyrannie de la commodité : tous ces sites et applis apportent tellement de simplicité et de fluidité qu’il est très difficile de s’en passer. Dans Les Possédés, vous découvrirez les chiffres astronomiques du lobbying de la tech et l’ampleur du « pantouflage » de ses hauts responsables… Pour vous faire patienter, je peux juste vous avouer que « En 2018, Facebook aura dépensé plus que le géant du glyphosate Bayer-Monsanto et le roi de la clope Philip Morris en lobbying européen. »

Et parce que je vous sens attirés par les chiffres, je vous promets que vous saurez exactement comment fonctionne l’optimisation fiscale des GAFA (entre autres)… avant de bien comprendre que celui qui paie la plus grosse part d’imposition lors d’une course Uber à 20 €, c’est de très très loin le conducteur.

Dans Les Possédés, vous verrez aussi que des opérations prétendument gérées par l’intelligence artificielle sont en fait effectuées par des tâcherons invisibles sans aucune protection sociale : c’est un pan du digital labor. Oui, vérifier sur une fiche-produit d’un site de e-commerce que tous les mots-clés sont bien attribués, c’est rétribué 5 centimes d’euro. Vous vous en fichez ? Vous roulez simplement en trottinette louée au quart d’heure ? Saviez-vous que pour remplacer de courts trajets effectués auparavant à pieds ou en transports en commun, son impact environnemental global approche celui d’une berline à essence ? Je sais, je vous ai volé votre rêve de mobilité vertueuse. C’est moche.Les Possédés - extrait trottinettesLa sortie de secours est bien cachée

Ce tableau à la Dorian Gray du techno-paradis est suffisamment émaillé de pointes d’humour pour que votre moral ne soit pas écrabouillé par l’anxiété coupable. On peut éventuellement lui reprocher de ne pas nous motiver plus que cela pour sortir de notre prison en gigabits. Boycotter Amazon pour raisons sociales et fiscales est un premier acte citoyen.

On peut aussi noter un silence (mais c’est peut-être une évidence pour les auteurs) : celui sur le « péché originel » qu’a constitué la gratuité de tous ces services magiques, acceptée naïvement par tous. Car, comme cela a déjà été résumé, « si c’est gratuit, c’est vous le produit ». Pour Google, la publicité ultra-ciblée a été la solution pour répondre aux investisseurs qui s’impatientaient d’y voir un modèle économique viable. Qwant, Ecosia… : des alternatives existent aujourd’hui et méritent d’être testées pour fissurer le monopole de Google sur l’accès au savoir humain. De toute façon, si on se mettait à payer Google pour qu’il ne récupère pas nos données en échange, comment pourrions-nous vérifier que c’est bien le cas et… qu’on ne paie pas en fait deux fois ? Ô désespoir, opacité ennemie.

En tout état de cause, l’effet de réseau qui nous tient par la barbichette et la tyrannie de la commodité ont créé un piège à souris difficile à ré-ouvrir sans une forte prise de conscience politique. On attend l’élan européen pour créer les alternatives de la prochaine ère… celle qui aura digéré les dangers sociaux et démocratiques créés par les libertariens californiens de la première heure. Y a quelqu’un dans la matrice ?

*Comme je suis un peu peste, il n’est bien sûr pas question que je vous divulgâche le sens de ces mots-là.

REBONDS…

Un podcast-interview des deux auteurs via Usbek & Rica :

Un article sur le collectif Tech Trash

Les archives de la newsletter hebdomadaire Tech Trash

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.