Liberté, égalité, beau fessier… au secours !

liberté égalité beau fessier le temps des cerises pubParmi les féministes, il y a un peu de tout. Il y a des personnes plutôt cool qui viennent en paix vers le genre humain, mais qui aimeraient bien que les usages et les droits progressent plus vite qu’un escargot dans une trace de suie. Il y a aussi des personnes qui ont la moutarde au nez facile parce que des siècles de déni phallocrate, cela peut transformer l’impatience en grosse colère. On s’en douterait : dans l’ensemble, cette campagne de la marque Le Temps des Cerises ne leur a pas vraiment plu en février-mars dernier. Après avoir suscité la polémique, jusqu’à son retrait dans certaines communes, la voici de retour en novembre dans les rues. L’occasion de revenir cette fois-ci sur le sort qu’elle réserve au mot « fraternité ».

La fraternité à la trappe

Comment dire… Remplacer le mot « fraternité » de notre devise républicaine par « sororité » afin de souligner le combat pour rendre les femmes plus visibles et plus écoutées dans tous les domaines, on voit l’idée. Remplacer « fraternité » par « beau fessier », là, disons-le, on n’est plus dans l’amicalité et le progrès du genre humain.

« Habillez-vous donc chez nous et vous aurez de plus belles fesses » n’était pas trop jouable… et puis c’est trop long, voire un peu sur-prometteur. Il vaut mieux s’en tirer avec une revendication pseudo-révolutionnaire et une rime qui balance pas mal des hanches. Au pire, c’est le bad buzz des Chiennes de Garde, mais pourquoi pas ? C’est quand même du buzz… On brûle d’envie de consulter les recommandations du planning stratégique sur cette campagne. Sous-titrage pour les non-communicants : le planning stratégique n’a rien à voir avec le planning familial. Dans les agences de pub, c’est le service réunissant des têtes pensantes très à la pointe des tendances marketing et sociologiques pour identifier le bon angle à donner à un message publicitaire hyper en phase avec son époque.

Le marketing de la fesse, c’est compliqué

À la place, nous devons nous contenter de la justification de la marque face à la polémique sur les réseaux sociaux (sur son site également): Lire la suite « Liberté, égalité, beau fessier… au secours ! »

Taxe rose : c’est bien notre genre de payer trop…

Il est certes parfois rasoir de se faire plumer de la sorte.
Il est certes parfois rasoir de se faire plumer de la sorte.

Si vous n’avez pas encore coupé le poil qui vous relie à l’actu, vous avez sans doute entendu parler ce mois-ci d’une certaine « taxe rose ». Une association féministe a alerté les pouvoirs publics après avoir constaté que certains produits de consommation « genrés » étaient étonnamment plus chers dans leur version féminine alors que les caractéristiques du produit le justifiaient difficilement. L’exemple qui a été le plus cité est celui des rasoirs jetables. Donc là, c’est comme si Georges Sand et Madame Jourdain prenaient tout à coup leur premier cours de marketing… Lire la suite « Taxe rose : c’est bien notre genre de payer trop… »

« Antoine, t’as lancé la machine ? »

A utiliser avec des vrais pinces à linge en bois, des pinces à linge pour homme !
A utiliser avec devraies pinces à linge en bois, des pinces à linge pour homme !

C’est bien connu : les préservatifs à la fraise sont pour les femmes et les lessives parfumées au lilas… tout autant. Devant tant de sexisme sensoriel, et pour mieux faire la nique à la fumeuse théorie du genre qui veut nous faire prendre des prostates pour des utérus, certains partiraient-ils en croisade contre les produits faussement unisexes ? Prenez la lessive par exemple : elle est censée nettoyer aussi bien les petits débardeurs à bretelles de Madame que les chaussettes de Monsieur. Et pourtant, on peut s’offusquer de sa fragrance invariablement « féminine »… comme si LA lessive ne s’adressait qu’à LA ménagère et à LA machine à laver, en oubliant qu’il est question de laver LE linge. Une sombre histoire de parité lessivière cherche donc à trouver son dénouement au fond du tambour en inox. Un rééquilibrage qui va bien évidemment dans le sens contraire de ce qui se passe dans l’hémicycle ou les conseils d’administration. La Lessive pour Homme est née… Lire la suite « « Antoine, t’as lancé la machine ? » »