La Vie Intense, c’est plus ce que c’était.

tristan-garcia-la-vie-intense-autrementDu café moulu au moindre parc de loisirs, il ne se passe pas un jour sans qu’on nous promette une expérience intense. Dans nos vies qui ne peuvent plus se contenter d’être ordinaires, c’est l’obsession moderne et la valeur cardinale de la société libérale et marchande. La finalité de l’existence est d’intensifier sa nervosité, ses sensations et ses potentiels. Une évidence qu’on n’interroge même plus. Le romancier et philosophe Tristan Garcia y a donc vu un angle mort de notre société, à scruter sérieusement dans « La Vie Intense » (Éditions autrement). Personnellement, mon cervelet n’est pas ressorti tout à fait indemne de ce livre. Une lecture exigeante, une pensée dense et un final qui a eu l’effet d’une électrode : « Mais c’est bien sûr… ». Les critiques qui m’ont précédée ont surtout flashé sur le parallèle historique que l’auteur fait entre le développement du concept d’intensité et la charge symbolique de l’avènement de l’électricité, qui enthousiasma les salons du XVIIIe S. Mettons les doigts dans la prise, mais n’en restons pas là… Lire la suite

L’illustrateur Clod fait la une de la rubrique Faits-Divers

Yvette Sisyphe en pleine action dans les corons...

Yvette Sisyphe en pleine action dans les corons…

Oyez braves gens ! L’illustrateur avec lequel j’ai commis le livre C’ETAIT MIEUX DEMAIN récidive avec un nouvel opus : « LE CALVAIRE DE MAMIE YVETTE ET AUTRES FAITS-DIVERS ILLUSTRÉS», une galerie de 50 illustrations qui rebondissent sur le titre d’un véritable fait-divers narré dans le quotidien Le Parisien… Tout un programme autour de notre comédie humaine où l’incroyable fleurit au beau milieu de l’ordinaire. Comme Didier Decoin ou bien d’autres, l’illustrateur Clod a toujours été intrigué par les faits divers, ces morceaux de dramaturgie improbables. C’est souvent dans le titre qui précède la brève que se concentre tout le pouvoir d’intrigue et d’attraction. Les faits-divers rocambolesques étant rarement pourvus d’une photo, l’illustrateur Clod laisse venir l’image et fait fuser les effets et les couleurs rien qu’à la lecture du titre. À chaque double-page, on a une nouvelle preuve que l’illustration, c’est d’abord un regard avant d’être une image…

crptzz3wiaehlb9 Il y a un autre régal pour l’esprit sur chaque page de gauche : un événement quasi-contemporain du fait-divers en question y est également mentionné, venant apporter un clin d’œil supplémentaire, en contrepoint.

Si vous êtes dans la capitale pour le week-end des Journées du Patrimoine, ne manquez pas ce monument : Clod dédicace son nouveau livre le samedi 17 septembre à partir de 17 h au Café Martin, dans le quartier Gambetta (Paris XXe).

cruz0n4wyaaf61w

crptqlqweaahstz

 

 

 

 

 

 

Pour commander votre exemplaire directement à l’illustrissime, vous pouvez aussi le contacter sur Twitter ou Facebook

En attendant, trinquons à la santé de Mamie Yvette qui a bien du courage… et qui nous a déjà abreuvés de sa philosophie anti-jeuniste dans un billet précédent. Mais est-ce vraiment la même Mamie Yvette ? Les enquêteurs sont sur le coup.

Le jeunisme, ça va faire pschitt…

kronenbourg affiche jeunismeRegarde, Mamie Yvette, tout fout le camp : si tu ne sirotes plus des bières à 69 ans en boîte de nuit, tu peux aller directement jouer au memory à la Résidence de l’Ultime Délivrance. De toute façon, les grands-mères ne peuvent plus être vraiment vieilles. Elles font des treks au Népal entre deux liftings et grignotent des baies de goji en snappant sur SnapChat. Ah… Mamie Yvette me signale dans l’oreillette que c’est grâce au bourrage de crâne du jeunisme pour vendre des trucs qui empêchent de vieillir. Elle dit que d’ailleurs, à l’inverse, tous les jeunes ne rêvent pas de monter une startup en buvant de l’élixir de Taureau Rouge… mais veulent plutôt dans leur majorité un boulot de salarié qui leur permette de commencer à vieillir, et qu’il faudrait arrêter avec les clichés à deux euros. Elle déplore qu’il n’y ait pas d’études d’âge, alors qu’il y a des études de genre. Oui, elle est comme ça, Mamie Yvette. Mamie Yvette, vous m’entendez ? J’entends un petit ronflement. Mamie Yvette nous a lâchement plantés là pour aller faire une petite sieste postprandiale, toujours la bienvenue à son âge. En attendant qu’elle se réveille, nous avons juste le temps de nous appesantir sur un des paradoxes de notre merveilleuse époque…

Lire la suite

NWX Summer Festival 2016 : un web d’avance ?

NWXSF16 Rouen digitalUn ancien entrepôt à Rouen, transformé en salle de concerts dédiée aux musiques actuelles : voilà l’endroit post-industriel idéal pour interroger la digitalisation du monde pendant 4 jours de conférences, d’ateliers, de hackathon… et de DJ sets. Comme le 106 (oui, c’est le nom du lieu) est en bord de Seine, les parisiens pourraient même venir en péniche ou en hors-bord. Le Summer Festival des NWX (pour Normandie Web Xperts) , c’est un peu le mojito des neurones avant la trêve estivale : 1/3 convivialité de l’organisation, 1/3 fraîcheur des idées, 1/3 acidité pour dézinguer les poncifs. Une façon de ne pas se prendre au sérieux quand on a les doigts dans la fibre. Imaginez qu’on soit en train de vivre une époque de basculement comparable à la Renaissance, où le numérique fait bouger les lignes en créant autant de tensions que d’émerveillement, il ne faudrait pas passer à côté en restant techno-naïf tendance œillère 2.0. Donc, en fait, comme me le rappelait son président Thierry Samper, l’idée du NWX Summer Festival, c’est de faire « un pas de côté » avec des chercheurs, des entrepreneurs, des philosophes, des entrepreneurs, des sociologues etc. pour bousculer les certitudes et interroger les consciences.Thierry Samper NWXSF16

Pour la deuxième année consécutive, je voulais en être… et je n’ai pas été déçue de la journée que j’ai pu voler au flux professionnel. Impossible ici de transmettre la substantifique moelle des 11 interventions de la journée. Voilà ce qui a le plus retenu mon e-attention personnelle… Lire la suite